Your old road is rapidly agin’ 

Please get out of the new one if you can’t lend your hand 

For the times they are a-changin’ 

   -Bob Dylan

La technologie nécessaire pour transformer nos systèmes de transport sera trouvé en chacun de nous.  Nous pouvons développer la capacité de changer notre façon de penser, de nous sentir, de parler et, en fin de compte, d’employer les transports.  Cette technologie n’est pas la dernière interface cerveau-machine développée par Elon Musk chez Neuralink.  Cette technologie est plutôt un ensemble de techniques qui faciliteront nos délibérations civiques sur nos futurs systèmes de transport.  En utilisant cette technologie, nous en apprendrons davantage sur nous-mêmes afin de pouvoir construire les systèmes de transport transformés de l’avenir.      

Le psychodrame est cette technologie de transformation.  Le psychodrame implique des séances de jeux de rôle exécutées par des individus cherchant à comprendre à la fois leurs émotions, leurs besoins et leurs histoires.  Il a été défini par son premier promoteur « comme la science qui explore la « vérité » par des méthodes dramatiques. »

Initialement, les psychodrames seront composés de citoyens se réunissant en petits groupes pour effecteur des jeux de rôle axés sur eux-mêmes en tant qu’individus.  

En d’autres termes, il y a l’aspect psychothérapie du psychodrame qui permet à chacun de nous en tant qu’individus d’apprendre profondément sur nous-mêmes.  Nous dramatisons, en petits groupes, les évènements clés de notre vie pour mieux comprendre nos émotions et nos motivations accessibles uniquement en action dramatique.  En agissant physiquement sur les scènes avec l’aide d’une poignée de concitoyens, nous fouillons dans nos esprits et nos corps où nous trouvons les réponses aux questions les plus fondamentales sur ce qui satisfera nos besoins et nos désirs.    

La connaissance de soi obtenue au cours de ces séances individuelles nous permet de guérir et d’être prêt à comprendre et à compatir avec les autres.  Cette empathie devient une prochaine étape cruciale vers la construction d’un système de transport juste. 

A l’étape suivante, les processus et les techniques sont essentiellement les mêmes que dans les séances précédemment décrites.  Cependant, cette deuxième phase de séances de psychodrame ajoutera des parties dans les drames représentant les autres dans notre communauté de transport.           

Les compétences globales en communication sont avancées par la technologie du psychodrame, en particulier la capacité à raconter une histoire. 

Ces histoires, incorporant ce que nous avons appris sur nous-mêmes et les autres au cours des séances de psychodrame, sont élargies avec une attention particulière à ce qui est dit et ce qui n’est pas dit.  Des travaux supplémentaires comblent les lacunes révélées par ce qui n’est pas dit.  Un riche ensemble d’options de transport est développé. Ces histoires deviennent un élément essentiel de la discussion civique sur le transport.

Fait important, les séances de psychodrame ne doivent pas être assimilées à des groupes de discussion.  Plus précisément, elles ne seront pas organisées par des soi-disant leaders dans l’industrie des transports ou de la bureaucratie.  Ce sont plutôt des groupes de citoyens qua citoyens—des citoyens qui construisent la solidarité nécessaire pour créer et mettre en œuvre une vision juste et bonne.  Plus il y a de personnes qui sont incluses dans ce processus, mieux nous comprendrons comment le système nouvellement imaginé est censé servir.  A tout le moins, il faut mettre l’accent sur l’inclusion des personnes les plus mal desservies par le système actuel.   

La voie à suivre sera adoptée lorsque les individus parviendront à comprendre ce dont ils ont besoin en matière de transport et auront sérieusement envisagé ce dont les autres ont besoin—un discours civique véridique et inclusif.

Au fur et à mesure que nous avançons dans les discours civiques, nous imaginons à quoi ressemblera le nouveau système de transport :  un environnement ou un réseau planifié, sur, en dessous et au-dessus du sol; parsemé de sentiers pédestres, de pistes cyclable (remplies de vélos à propulsion humaine et électrique), de toutes sortes de moyen de transport personnels électriques ou EVs (humains et auto-conducteurs), des hybrides à carburant propre de remplacement, des trains, des trams et des hyperloops parfaitement connectés et coordonnés avec des apps, du partage, et de l’intelligence artificielle.  Ou, dans les endroits, il peut s’agir de motomarines, de dirigeables, de petits et grands avions à voile fixe, de drones et d’autres giravions.  Nous aurons surement plus de gens qui travaillant et socialisent à distance, en restant plus près de chez eux physiquement tout en faisant le tour du monde mentalement.  Qui sait jusqu’à ce que nous fassions le travail civique ?   

Nous avons tous du travail à faire individuellement ; cela doit être suivi d’un discours civique profond.  Puis, au fil du temps, nous allons dans un monde plus large avec des cœurs et des esprits élargis et nous aurons des changements émotionnels, sociaux et politiques capables de transformer les transports, de propulser par la technologie les transports de l’avenir.

Debbie T. Dixon & Stephen A. Dixon

Louisiana State University