Comme la technologie rend le monde rapide, le transport devient plus rapide. Tout le monde est impatient maintenant, donc le transport doit se transformer et devenir plus rapide. On a fait des progrès considérables concernant les technologies liées au déplacement. Alors que cette technologie se répand, elle a beaucoup d’effets sur le monde.

Un exemple est l’Hyperloop d’Elon Musk. Il a dit qu’il avait eu cette idée parce qu’il était frustré par le trafic de Los Angeles. Impatient, il voulait éviter ou réduire le trafic avec un tunnel. Il y a beaucoup de versions de l’Hyperloop, mais le premier imaginé par Elon Musk prévoit d’atteindre 760 mph (1220 km/h). Elon Musk et son entreprise The Boring Company ont été choisi pour construire des tunnels à grande vitesse similaires pour de multiples grandes villes comme Baltimore et Chicago. Le 28 décembre 2019, Elon Musk a annoncé qu’un tunnel à Las Vegas pourrait être prêt pour 2020. Les capsules de transport pourraient atteindre 155 mph (250 km/h). Elon Musk disait qu’il envisage également un Hyperloop entre New York City et Washington DC qui rendrait le trajet possible en 29 minutes. À l’heure actuelle, il faut plus de trois heures en train ou en voiture. 

 Mais l’Hyperloop n’est pas le premier transport rapide. Au Texas, l’Hyperloop n’existe pas encore mais il y a des autoroutes où la limite de vitesse est 80 mph (120 km/h), ce qui est plus rapide que la limite de vitesse dans d’autres Etats. Au Japon, le rail à grande vitesse a été construit en 1964. Maintenant, les trains peuvent aller à 250 km/h. Beaucoup de pays ont leur version de ce rail, y compris la France : le TGV (« train à grande vitesse ») qui relie toute la France à Paris. Les trains roulent à 320 km/h (200 mph) et un train d’essai a réalisé une vitesse de pointe à 574.8 km/h (357.2 mph). Les français développent aussi les autres modes de transports rapides comme le « Flyboard. » L’inventeur Franky Zapata, a présenté son invention avec un vol d’essai qui a traversé la Manche. Le 4 août 2019, il a traversé la Manche pendant vingt minutes et il a atteint une vitesse de 177 km/h (110 mph). Zapata a voyagé de Sangatte à St. Margaret’s at Cliffe : un voyage habituel comme celui-ci peut prendre quatre-vingt-dix minutes. Aussi, un Suisse qui s’appelle Yves Rossy a traversé la Manche le 26 septembre 2008 avec un réacteur dorsal pendant treize minutes et il a atteint une vitesse de 190 km/h (120 mph). Tous ces nouveaux modes de transports ont un objectif : rendre le transport plus rapide. 

Il y a des Etats qui pensent avoir un nouveau mode de transport efficace. Par exemple, la Louisiane a les plans pour un rail à grande vitesse entre Bâton Rouge et la Nouvelle-Orléans. Il y a beaucoup d’avantages : cela permettrait aux gens qui font la navette de voyager plus rapidement et de façon plus productive. C’est également mieux pour l’environnement et la circulation, et cela fournirait une route d’évacuation. Il y a des personnes qui pensent que le prix prévisionnel de $262 millions (239 millions €) est trop cher, mais beaucoup de gens pensent aussi que les avantages l’emportent sur le prix.

Ces technologies affectent plus que le transport : il y a un impact positif sur l’environnement et l’économie. L’effet sur l’environnement est évident – moins de voitures dans les rues signifie moins de pollution. Aussi, les modes de transports comme les rails à grande vitesse permettent aux populations de s’étendre, donc il n’y a plus le surpeuplement. En plus de l’environnement, le transport plus rapide permet aux gens d’avoir de meilleurs emplois sans nécessiter de grands trajets. Pouvant ainsi passer plus de temps avec leur famille. On peut argumenter comme quoi ces modes de transports coûtent trop d’argent, mais le jeu en vaut la chandelle.  Avec le monde qui devient plus rapide, les gens veulent aller plus vite – personne ne veut rester coincé dans la circulation. Donc les modes de transport doivent devenir plus rapide et c’est ce qui se passe.

Charlie Roth

 Episcopal School of Baton Rouge